L'intimité dans le couple 2

Ressources - L'intimité dans le couple 2 - Comment maintenir l'intimité dans le couple

Voir l'article

Comment maintenir l'intimité dans le couple

Publié le 01-02-2017, 16:53


Comment maintenir l’intimité dans le couple ?

Surtout ne parlez pas de travail, de travail sur soi, mais tentez au contraire de retrouver le plaisir initial du petit enfant qui découvre avec émotion le bonheur immense de donner.

Maintenir l’intimité, c’est maintenir le « dire », pas la communication, et choisir de ne « dire » que ce qui est positif : quand on rentre le soir éreinté, et que l’on trouve un foyer accueillant, pourquoi ne pas le dire ? « Quel bonheur que tu sois là !»

Pourquoi ne dit-on plus ?

Il faut investir du temps : Le thérapeute familial rappellera les premiers moments de la relation et la proximité ressentie dans ce temps exclusif consacré l’un à l’autre.

Quand le couple n’était pas encore dans une attitude de petit comptable de province où l’on fait des listes intérieures de ce que l’on a fait pour l’autre et qui n’a pas trouvé d’écho.

Quand on n’en était pas encore à des Powerpoint mentaux où l’on additionne les mauvais points en bas des colonnes.

Le couple en crise constate souvent qu’il mène une existence où chacun vit sa vie de son côté, un parallèle qui convient un temps dans un monde égocentré mais qui, très vite, se heurte aux frustrations de l’un ou de l’autre. On en vient à ne plus partager que de rares moments de détente ou de loisir, une sexualité occasionnelle où le plaisir sensuel de l’autre est un peu oublié.

Réinvestir son couple, c’est partager à nouveau des moments quotidiens tels que la préparation du repas en commun, des vacances, un sport, des activités culturelles et réveiller une sexualité endormie. Des petits moments qui font chanter à tue-tête, esquisser un pas de danse à deux, regarder d’anciennes photos.

Il faut investir dans la bienveillance et des mots d’amour dits : Le conseiller conjugal va encourager chacun à dire ce que l’on ne dit plus, comme si c’était acquis à jamais : je t’aime, tu me manques, qu’il est bon d’être ensemble, quels beaux enfants on a fait, comme se retrouver le soir est rassurant…

Sécuriser au quotidien, montrer de la compréhension et de l’empathie, répondre aux besoins psychologiques de l’autre quand ils surviennent rappelle que l’amour, c’est aussi prendre en compte la vulnérabilité de l’autre. Cette vulnérabilité de chacun est plus supportable à deux et peut être adressée dans le couple et par le couple.

Il faut y ajouter des tonnes de tendresse et l’exprimer par tous les moyens possibles : des mots aux gestes, des attentions particulières, toucher au propre comme au figuré. Manifester sa tendresse, son amour, son intérêt pour l’autre, c’est nourrir la relation, la rendre active, vivante. Si petit à petit, nous oublions d’accueillir notre compagne quand elle rentre du travail, si nous évitons de prendre notre conjoint dans vos bras, si nous ne nous disons plus de mots tendres, si nous ne nous prenons plus la main dans la rue, alors notre intimité décline, notre sexualité s’étiole. Le conseiller conjugal, le thérapeute de couple est là pour nous rappeler l’essentiel : l’amour ne se devine pas, il s’exprime.

Il faut s’engager : une relation amoureuse, une intimité ne survivent pas au laisser-aller, à la désinvolture, au « pour acquis ». Il est temps que chacun reprenne des initiatives, crée un projet commun, réinvestisse le couple comme une part d’eux-mêmes qu’ils auraient oublié. On cesse d’attendre que « cela passe ». Cela ne passe pas sans prendre le problème à bras-le-corps. On parle, on se dit les choses. Notre relation manque de piquant ? On en discute immédiatement avec le partenaire et on agit, sur le quotidien, sur ces petits bonheurs qu’on laisse passer sans même soupçonner leur existence. On s’engage ensemble sur un autre chemin. On cesse de subir pour agir ensemble. Et si l’un est moins dynamique, on ne mesure pas son investissement, on s’engage à fond à la mesure de nos moyens du moment, le cercle vertueux fera le reste.

La proximité dans un couple est essentielle : elle est gage de complicité, d’intimité et d’épanouissement et solidifie les fondements du couple ; pas de couple sans partage. L’intimité est bien plus que la sexualité : elle est le résultat de tout le reste et à l’origine de tout à la fois.

Etablie, elle n’est pas pérenne : les remises en questions sont possibles, parfois nécessaires et c’est ce qui guide le couple vers sa propre maturité.

Mettez-y du cœur… mais pas à l’ouvrage : le couple n’est pas un travail mais un plaisir parfois oublié au ban des tracas du quotidien. Remettez-le au « cœur » de vos pré…occupations !