Réussir sa séparation, protéger ses enfants

Réussir sa séparation, protéger ses enfants

La souffrance est parfois si envahissante qu'elle déborde le corps, le visage, la voix et surtout les yeux. Regardons souvent les yeux de nos enfants.

Jacques Salomé

Thérapie familiale à Antibes

Voir l'article

L’amour n’a pas suffi ou n’est plus au rendez-vous. Il est temps de prendre la décision : la séparation semble inévitable. Et les enfants ?

Toutes les situations sont différentes, bien entendu, certaines plus conflictuelles que d’autres mais, quoiqu’il en soit, aucune n’est idéale. Pour les enfants, la séparation de leurs parents est toujours difficile, aussi harmonieuse soit-elle.

Et les parents ne devraient jamais se servir des enfants pour tenter de se justifier, d’accabler l’autre, de les mettre de leur côté. Ne pas mettre les enfants au cœur du conflit est essentiel, vital même .

Pour réussir cette séparation, il existe des solutions :

  • la thérapie familiale et je vous renvoie à la page qui la décrit, pour apprendre à parler vrai avec ses enfants, quel que soit leur âge, de bébé à adolescent, pour éviter l’écueil du « on leur cache tout et on leur expliquera quand tout sera en place », pour prendre du recul, pour rester un parent et un partenaire dans la parentalité digne de confiance.
  • la thérapie individuelle : vous pouvez mal vivre la séparation sans avoir l’envie de vous faire aider en présence de la personne que vous quittez, vous avez peut-être peur de perdre vos enfants, vous identifiez chez eux des comportements inhabituels que vous ne comprenez pas : il faut consulter pour vous aider, pour les aider, pour, à terme, aider le couple parental qui reste garant de la filiation des enfants et de leur équilibre.
  • la médiation familiale et je vous renvoie à la page qui l’explique : régler tous les aspects pratiques de la séparation permet d’apaiser le conflit et de protéger ses enfants tout en se protégeant soi-même. Le bon sens que l’on croit avoir est bien vite oublié quand les parents sont en crise et quand ils luttent pour ce qu’ils pensent être leurs droits ! Le bien-être des enfants est souvent oublié dans cette équation-là. La médiation est un outil extraordinaire de résolution des conflits.
Thérapies - Réussir sa séparation, protéger ses enfants

Voir l'article

Perdre le lien avec ses enfants au cours d’une séparation.

Vous vous séparez de votre conjoint mais pas de votre enfant. Et pourtant, cet enfant, vous le sentez s’éloigner doucement parfois, brutalement aussi. Des comportements de rejets, d’injures, d'évitement, de violence l’assaillent de plus en plus souvent, comme un mauvais virus dont on ne connaîtrait pas l’origine. Il ne veut plus vous voir, il ne veut plus venir chez vous...

Votre enfant est peut-être en plein conflit de loyauté, tiraillé entre ses parents, incapable de comprendre si ce n’est qu’il se doit de prendre parti pour sa sauvegarde. Le phénomène est complexe et c’est dans ce phénomène que je me suis spécialisée.

Les mécanismes agissant lors du trauma de l’effacement symbolique d’un des parents par l’autre parent ne sont pas encore suffisamment reconnus comme des stratégies mises en place par le sujet pour y survivre.Et pourtant...

Et la relation au milieu dans lequel l’enfant vit avant, pendant et après l’événement traumatique peut permettre, dans une certaine mesure, de comprendre comment et pourquoi un même événement sera traumatisant pour un sujet et pas pour un autre.

C’est ainsi que, dans une même fratrie, on pourra trouver des enfants complètement happés par le parent aliénant, d’autres qui rejettent totalement la manipulation, d’autres encore qui peuvent la contourner, jouant la discrétion totale, l’effacement de soi pour survivre au raz-de-marée.

Parce que leur place dans la fratrie, leur âge, le moment du développement de leur identité, ce qu’ils ont pu trouver dans ce milieu, et dans la relation qu’ils ont créée avec ce dernier, font d’eux des êtres uniques aux réactions singulières.

Nous pouvons tous avoir des comportements « aliénants », qui tentent de s’approprier l’amour exclusif de l’enfant ou de dénigrer à tort l’autre parent au cours d’une séparation, happés que nous sommes par "notre bon droit", notre conviction d'être dans le vrai, le juste. L’important est de pouvoir le reconnaître au plus vite et d’y palier en se faisant aider. Et si l’on est soi-même écarté de la vie de l’enfant, se faire aider pour avoir la « meilleure attitude possible » est vital pour soi, mais surtout pour l’enfant, pour que la situation ne se cimente pas et qu’il puisse au plus vite retrouver ses deux parents, si pas ensemble, en tout cas à ses côtés. Il y a des solutions et elles sont reprises dans la rubrique "Réussir sa séparation"