Un peu plus sur la systémique

Thérapies - Un peu plus sur la systémique - Thérapie systémique brève, qu'est-ce que c'est?

Voir l'article

Thérapie systémique brève, qu'est-ce que c'est?



Par N.Desbiendras , un collègue thérapeute EMDR également


Thérapie Systémique brève :

Ce n'est pas, en premier lieu, pour éclairer un passé inchangeable qu'on a recours à la psychothérapie, mais parce qu'on n'est pas satisfait du présent et qu'on désire rendre meilleur son avenir. Dans quelle direction et jusqu'où faut-il changer? A quel moment et à quel degré d'autonomie le problème devient-il acceptable? L'apparition d'un courant de changement chez le patient et à l'intérieur de sa famille nécessite un geste thérapeutique parfois inattendu pour émerger.

La thérapie brève est une méthode de résolution de problèmes qui aide rapidement le patient à trouver une solution efficace et durable. Les psychothérapies traditionnelles recherchent les origines des difficultés psychologiques dans le passé. Les approches systémiques et stratégiques s’intéressent au contraire à la façon dont les problèmes se manifestent dans le présent et visent le changement plus que la compréhension. Ces approches utilisent le contexte de vie actuel des patients pour résoudre les problèmes. Basée sur les nouvelles recherches en communication (Recherches du Mental Research Institute de Palo Alto), la thérapie systémique brève cherche à soulager la souffrance psychologique le plus rapidement possible en amenant le patient à faire des expériences nouvelles qui lui permettent d’affronter le présent et l’avenir de façon plus sereine. Approche axée sur les difficultés vécues dans le présent par les patients, la thérapie systémique brève accorde cependant une grande attention aux aspects cognitifs et affectifs de ces difficultés mais aussi aux réactions de l’entourage du patient. On a en effet constaté que ces dernières peuvent bien souvent contribuer à la genèse et au maintien de problèmes psychologiques, mais aussi à leur résolution. Cela signifie aussi que, même lorsque la personne qui souffre pense ne pas être responsable du problème, elle influencera l’autre en changeant certains de ces comportements et modifiera par ce biais leur interaction relationnelle.

Une thérapie n’est pas une analyse. La thérapie c’est le soin. Être thérapeute, c’est soigner. Mais analyser un processus ou une situation, c’est essayer de le comprendre : c’est une démarche intelligente (intelligere : comprendre), qui donne du sens. En thérapie systémique brève, la connaissance du supposé pourquoi ancien n’est ni nécessaire ni suffisante pour changer. La plainte caractérise le début d’une intervention : quelqu’un se plaint, pas forcément celui que l’on désigne comme perturbé d’ailleurs. La psychologie, la psychiatrie, l’analyse et de nombreux courants thérapeutiques se réfèreront chacun à leur lecture propre : chaque courant a son langage, ses étiquettes. Le courant systémique issu de Palo Alto, tentera d’éviter ce type d’étiquette : il se voudra non normatif. Il quittera les classiques de la psychopathologie pour ne parler que de problèmes.

La brièveté : c’est une conséquence, pas un but. Nicholas Cummings définit la thérapie brève ainsi : « Le patient a droit au soulagement le plus rapide, le plus complet et le plus durable possible de sa souffrance et ce de la façon la moins envahissante qui soit. Je ne lui demanderai rien d’illégal, rien d’immoral, rien d’impossible. En contrepartie, il fera tout pour me rendre inutile aussi vite que possible. »

La systémique : que nous allions bien ou mal, tout le monde en profite. L’un des principes même de l’éthologie est qu’un animal n’existe pas seul. Les thérapies systémiques vont dans ce sens en expliquant qu’un individu n’existe pas seul. Durkheim énonçait déjà que le suicide était un acte social. Chacun de nous appartient à différents systèmes humains : famille d’origine, famille actuelle, milieu de travail, club sportif, cercle artistique ou culturel, groupement philosophique, spirituel, politique, etc. Il n’est pas nécessaire de convoquer tout le groupe pour opérer un changement il est possible de modifier ses relations d’interactions avec les autres membres du groupe; ce qui peut avoir un effet sur le fonctionnement du groupe. L’individu fait partie d’un système et en est une pièce comme d’un puzzle. En modifiant une pièce, c’est l’ensemble du puzzle qui se modifie (il faudra compter sur les résistances du système à changer et la tendance naturelle du système à conserver son homéostasie).

Ses indications :

La thérapie systémique brève s’adresse à toute personne souffrant de difficultés psychologiques personnelles, relationnelles ou familiales : dépression, troubles anxieux (attaque de panique, phobies, …), alimentaires, sexuels et du sommeil, troubles obsessionnels compulsifs (TOC), problèmes de couple, problèmes scolaires, problèmes de relation parents-enfants, problèmes de manque d’estime de soi et difficultés professionnelles liées à des problèmes relationnels, au cadre de travail et/ou liées à la performance.